Jiu-Jitsu Brésilien

Techniques de JJBLe Gracie Jiu-jitsu , ou Jiu jitsu Brésilien (JJB) , est un art martial brésilien, une forme de lutte au sol avec et sans kimono pratiquée au Brésil, importé par Mitsuyo Maéda et développé par la famille Gracie. Chaque technique de finalisation se termine soit par un étranglement soit par une luxation (nuque, épaule, coude, poignet, hanche, genou, cheville) sans torsion articulaire.

La version sans Kimono est plus communément appelée Grappling .

 

 Mitsuyo Maéda

Mitsuyo Maéda Mitsuyo Maéda , né au Japon en 1879, pratiqua d'abord le ju-jutsu de l'école Tenshin-shinyo-ryu en 1896, avant d'entrer au Kodokan (école de judo de Jigoro Kano créée en 1882) en 1897. En 1904, alors 4e dan de judo, il partit aux États-Unis, avec Tsunéjiro Tomita, pour faire la démonstration de cette nouvelle discipline en affrontant des lutteurs. Il effectua un premier séjour au Brésil en 1907, puis en 1914 (à Belem), et participa à l'établissement de la colonie japonaise au Brésil en 1920. Au cours de ces séjours au Brésil, il participa à des combats de lutte libre (vale-tudo) pour montrer la supériorité du Kodokan (école de judo jujutsu japonais) et pour gagner un peu d'argent. Il fut alors surnommé « Conde Koma » ou le « comte des combats ».

Durant cette période, il fut aidé par Gastao Gracie , descendant d'une famille écossaise. En remerciement, il enseigna l'art du combat à son fils, Carlos Gracie , qui l'enseigna à son tour à ses frères, Oswaldo, Gastao Jr, George Jr (Gastao et Cesalina Gracie avaient huit fils). Devenu leader du clan Gracie, le jeune élève Carlos qui était attiré par le combat réel modifia rapidement les techniques apprises par le comte Koma pour l'adapter à la réalité brésilienne. Carlos Gracie commença à tester lui-même ses techniques en lançant lui aussi des défis. Carlos Gracie avait la réputation de combattre n'importe qui, sans distinction de taille ou de poids. Il demeura invaincu et devint une légende au Brésil.

 Helio Gracie Helio Gracie était un autre frère de Carlos, mais le médecin lui avait déconseillé de pratiquer. Il se contentait donc de regarder et d'écouter l'enseignement de son frère. À l'âge de 16 ans, il remplaça Carlos lors d'un cours, en se servant de ce qu'il avait mémorisé. Il commença ainsi la pratique du ju-jutsu, mais repensa le ju-jutsu traditionnel avec l'esprit brésilien et adapta les mouvements à sa propre physionomie étant de petit gabarit (1m60, 64kg). Il créa ainsi un art martial propre, qui reste jeune par rapport à son ancêtre japonais millénaire.

Aujourd'hui, des Académies de jiu-jitsu brésilien se sont créées un peu partout, chaque membre de la famille Gracie dirigeant sa propre académie (ou presque), même si le nombre de pratiquants reste restreint en Europe mais en très grande augmentation.

Helio GracieContrairement au judo qui privilégie les projections, le jiu-jitsu brésilien se focalise sur les princicipes d'efficacité et le combat au sol, il ne privilégie pas forcément les projections pour le combat debout (si ce n'est pour les frappes pieds ou poings). La raison à cela est que ceux qui ont développé cet art sont partis du principe que 95% des combats se terminent irrémédiablement au sol. Ce principe s'avère d'autant plus juste si l'un des deux adversaires a fait le choix de combattre au sol. En effet, on peut toujours forcer un adversaire à aller au sol, alors qu'en revanche on ne peut jamais obliger l'autre à combattre debout. Dès lors, la victoire dans un combat réel (opposant deux adversaires seulement) passe par une maîtrise des techniques de combat au sol. Il en résulte une place moins importante laissée en matière de projections du jiu-jitsu brésilien par rapport au judo.

Un peu comme au sambo, les pratiquants du jiu-jitsu brésilien pratiquent le combat au sol total. Ils ont à leur disposition tout un arsenal de clés de bras (épaule, coude, poignet), de clés de jambe (genou, cheville, pied), de clés de cou, et d’étranglements. Le jiu-jitsu brésilien représente une spécialisation du combat au sol, avec la redécouverte de nouvelles positions caractéristiques comme la garde (où dos au sol, on enserre la taille de l’adversaire entre ses jambes), qui permet de se protéger des techniques de soumission, tout en étant capable d’en délivrer. Le jiu-jitsu brésilien et son application en vale tudo (combat libre en portugais) se sont révélés particulièrement efficaces lors de la création en 1993 des Ultimate Fighting Championships ou UFC qui ont vu la victoire de Royce Gracie sur les plus grands maîtres d'arts martiaux des États-

Flavio Behring L'histoire de la Famille Behring est un réflet sur l'histoire-même du Jiu-Jitsu au Brésil. Elle débuta en 1947, lorsque FLAVIO BEHRING commença l'apprentissage de "l'Art Souple" entre les mains prodigieuses de Helio Gracie.

Durant ses nombreuses années d'instruction (il a commencé à l'âge de 10 ans), Flavio a trouvé dans l'enseignement technique de la Famille Gracie la structure nécessaire pour devenir un bon praticien, pour obtenir un haut niveau de compétition dans la tradition du Jiu-Jitsu et pour devenir un professeur préparé à instruire, orienter et éduquer des générations de pratiquants et combattants.

Durant son enfance, Flavio était frêle et constament attaqué par des crises d'asthme. Ce qui pouvait le tenir éloigné de toute activité sportive à cause de son manque de souffle. Le père de Flavio l'inscrivit dans l'Académie de Helio Gracie, espérant que cette activité l'aiderait à trouver un équilibre tant sur le plan physique que spirituel. Il y a de nombreuses années déjà que Flavio enfila son premier kimono et vainquit la maladie avant de combattre des adversaires de chairs et de sang.

En 1951, Flavio âgé de 14 ans, est choisi par le patriarche de la Famille Gracie, Carlos Gracie, pour répondre à un défi lancé par un combattant japonais appelé Shimura, désirant affronter le Jiu-Jitsu Brésilien n'importe où et n'importe quand. L'événement fut couvert par la presse locale. Les Gracies misèrent 5.000 Cr$ sur Flavio mais Shimura ne se présentera jamais. Comme élève appliqué, Flavio devint moniteur dans l'Académie Gracie et assista le professeur João Alberto Barreto. Flavio s'occupa pendant plusieurs mois des élèves de João Alberto, qui relevaient d'une blessure au genou. A l'âge adulte Flavio travailla dans le Marketing tout en continuant sa carrière de Professeur de Jiu-Jitsu. Il inscrivit ses enfants, dès l'âge de 3 ans,dans l'Académie du grand Maître João Alberto Barreto. Avec João Alberto (pionnier de l'effort) Flavio voyagea aux USA en 1963 pour faire des démonstrations, notamment pour le FBI, l'Académie Navale, à Annapolis, ainsi que dans diverses Universités et Académies, en acceptant la confrontation avec n'importe quel combattant utilisant n'importe quelle technique, pour tester l'efficacité du Jiu Jitsu Brésilien. Les audiences furent abasourdies de la suprématie du Jiu Jitsu Brésilien sur les autres techniques de combat. Pendant plusieurs années, à partir de 1964, Flavio BEHRING travailla pour élargir les horizons du Jiu-Jitsu, jusqu'à devenir intime au Judo, en combattant même à Rio De Janeiro, au grand étonnement des membres du Judo et du Jiu Jitsu Brésilien.

Flavio Behring Quelques années plus tard, deux combattants prometteurs commencèrent à prendre leurs marques dans le Jiu-Jitsu, basés sur le fondement technique et sur une connaissance profonde de la forme de cet Art. A 14 ans Marcelo et Sylvio Behring commencèrent un entraînement spécifique sous l'œil vigilant de leur père. Le Behring Jiu-Jitsu est une institution focalisée sur l'Education, la Préparation et le développement du caractère de ses élèves. C'est le résultat de Maître BEHRING, de son long dévouement pour le Jiu-Jitsu, et de son effort constant pour son développement technique.

Maître Behring recevra en 2006 son grade de 9ème DAN, symbolisé par la ceinture rouge. C'est le grade le plus élevé qui soit, après le fondateur du style, Maître Hélio GRACIE (10ème DAN) ...

Christian Derval Christian Derval a commencé le judo en 1961 et s'est intéressé très vite à l’enseignement. A 16 ans, il a obtenu sa ceinture noire de Judo et a pris l’habitude de seconder régulièrement son professeur. Puis il a obtenu son brevet d’état en 1973 et pendant 20 ans, il a enseigné à l’US Créteil. Durant cette période il n'a que très peu enseigné le jujitsu. il considère d’ailleurs que le jiu-jitsu brésilien est une pratique qui s’apparente plus au judo qu’au jiu-jitsu, même s’il comporte toute une partie liée à la défense personnelle.

En 1993, Christian Derval s'intéresse aux premiers combats d’Ultimate Fighting sur laquelle on voit un Brésilien gagner en newaza en utilisant des techniques de judo. Deux ans plus tard, il reçoit un appel de Pierre Yves Benoliel, le rédacteur en chef de Karate Bushido, qui cherche une salle sur Paris pour accueillir Rickson Gracie. Il accepte et le stage est un succès puisque 400 personnes sont présentes dont plusieurs haut-gradés en judo. Ce jour là, Christian découvre une méthode vraiment impressionnante qui n’a rien à voir avec le newaza tel qu'il l’enseignais à l’époque. L’année suivante, en 1996, il part au Brésil assister aux premiers championnats du monde, et en profite pour s’entraîner avec les Brésiliens qui le< dominèrent allègrement lors des entraînements. Il est finalement amener à participer à la compétition et se classe 3 ième derrière un Brésilien et un Allemand.

Christian Derval En 1997 il fait venir le double champion du monde Soneca , pendant un mois à Paris, puis durant l’été, il se rend à New-York où Rickson Gracie lui fais passer sa ceinture bleue (l’équivalent du 1 er dan en judo). En novembre 1997, il participe à un stage à Toronto au cours duquel Rickson Gracie le nomme représentant de son école pour l’Europe. Pendant trois ans il va vivre une collaboration fréquente et riche avec Rickson et Christian va commencer à développer le jiu-jitsu brésilien en France notamment au sein du Cercle Tissier. Malheureusement en 2000, les relations avec Rickson vont se dégrader, en grande partie à cause de son entourage. Christian Derval décide de se séparer de l'école de Rickson pour travailler avec un autre expert, Flavio Behring (9 ième dan) , dont les conceptions concernant le respect et l’attitude que l’on se doit d’avoir sur un tapis étaient proches des siennes. Début 2010, devant une commision brésilienne de JJB, Christian Derval reçoit le grade de 4 ième Dan de Jiu Jitsu Brésilien.

Le Mercredi 30 Mai 2012, atteint d'un cancer du poumon et après s'être battu courageusement de long mois, Christian s'est éteint. Nous ne pouvons que rendre hommage à ce Maître, qui n'a cessé de développer le JJB en France.